Partenaires

CNRS
Logo Paris 1 Logo Paris 4

Rechercher

sur ce site

sur web cnrs

Nos coordonnées

Ce site de l’UMR SIRICE n’est plus actualisé depuis septembre 2017.
Il est appelé à disparaître, remplacé par le nouveau site qui se trouve désormais à l’adresse suivante : www.sirice.eu

-------

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

UMR SIRICE

Bureau F 628

17 rue de la Sorbonne

75231 Paris cedex 05

mail : sirice@univ-paris1.fr


Accueil du site ::  Agenda :: 

LES GUERRES BALKANIQUES 1912-1913
Colloque

7 juin 2013
Horaire : 09h30 - 17h00

 
8 juin 2013
Horaire : 09h30 - 18h00

 

COLLOQUE INTERNATIONAL/ INTERNATIONAL CONFERENCE


LES GUERRES BALKANIQUES 1912-1913 : CONFLITS, ENJEUX, MÉMOIRES/ THE BALKAN WARS 1912-1913 : CONFLICTS, CHALLENGES AND MEMORIES


7-8 juin 2013

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Université Paris-Sorbonne

  • colloque organisé par Catherine Horel

Programme prévisionnel/Provisional program

Vendredi 7 juin/Friday, June 7th

Université de Paris I, Panthéon, Salle 1 (premier étage)

  • 9h30 Ouverture du colloque et introduction par Catherine Horel (CNRS, IRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

1. Les conflits régionaux 1899-1914/Regional Conflicts 1899-1914

Présidence de séance : Catherine Horel

  • 10h Enis Tulça (Université de Galatasaray, Istanbul) ; ’’Une étude politique, psychologique et militaire de la défaite rapide des armées ottomanes dans la première guerre balkanique et les conséquences du mouvement migratoire des musulmans dans les Balkans depuis les deux dernières décennies du XIXe siècle.
  • 10h30 Dmitar Tasic (Institut de recherche stratégique, Ministère de la Défense, Belgrade), Repeating Phenomenon : Balkans Wars and Irregulars

Pause café

  • 11h30 Patrick Louvier (Université de Montpellier III), L’émigration intérieure et l’exil des Turcocrétois dans les dernières années de la souveraineté ottomane (1897-1913) : regards et projets européens sur la disparition d’une population musulmane hellénophone.
  • 12h00 Emanuela Costantini (Université de Pérouse), Jewish communities and the status of Saloniki after the Balkan Wars
  • 12-30-14h00 Pause déjeuner

Présidence de séance : Frédéric Guelton

  • 14h15 Francesco Guida (Université Rome 3), Les Italo-Albanais et les questions balkaniques des premières années du XXe siècle aux guerres de 1912-1913.
  • 14h45 Bernard Lory (Inalco), La guerre après la guerre : l’insurrection albano-macédonienne d’Ohrid (octobre 1913).
  • 15h15 Vojislav Pavlovic (Académie des sciences, Belgrade), La phase finale de la Question d’Orient et la consolidation des identités nationales dans les Balkans 1908-1914

Pause café

  • 16h00 Traian Sandu (Université Paris III), La participation de la Roumanie à la seconde guerre balkanique : entre règlement balkanique, signal irrédentiste tous azimuts et mobilisation nationale
  • 16h30 Gabriel Leanca (Université de Iaşi), L’annexion de la Dobroudja du Sud (1913) et les dilemmes de la politique extérieure de la Roumanie


Samedi 8 juin/Saturday, June 8th

Maison de la Recherche (Université Paris-Sorbonne), 28 rue Serpente Paris 6, salle 035

2. Les interventions internationales/International interventions

Présidence de séance : Georges-Henri Soutou

  • 9h30 Jean-Marie Delaroche (Université Lille III), Les démonstrations navales internationales au large de l’Albanie et du Monténégro de 1880 et 1913.
  • 10h00 Erwin Schmidl (Académie de défense, Vienne), An Intervention to avoid the War : The European Powers and the Creation of Albania.

Pause café

  • 11h00 Fabrice Jesné (Université de Nantes) et Mathieu Jestin (Université Paris I), Consuls français et italiens face à la « question macédonienne » des années 1900 aux Guerres balkaniques.
  • 11h30 Nadine Akhund (IRICE), Une conséquence inattendue des guerres balkaniques : Le rapport Carnegie de 1913.
  • 12h00 Odile Moreau (Université de Montpellier III), La Première Guerre Balkanique vue par un correspondant de guerre français : Stéphane Lauzanne.
  • 13h-14h30 Pause déjeuner

3. Les mémoires du conflit/Memories of the Balkan Wars

Présidence de séance : Robert Frank

  • 14h45 Nicolas Pitsos (Inalco), Les guerres balkaniques de 1912-3 dans l’espace public français : batailles médiatiques et représentations de l’Autre
  • 15h15 Frédéric Guelton (Revue historique des Armées), Georges Scott et la fabrication de l’information : Un illustrateur français dans les Balkans en 1913
  • 15h45 Daniel Cain (Institut d’études du Sud-est européen, Bucarest), Journalism and diplomacy in the Balkans. James David Bourchier and the Balkan Wars.

Pause café

  • 16h45 Claudiu-Lucian Topor (Université de Iaşi), Journalisme-bravade et rhétorique nationaliste. La deuxième guerre balkanique dans la presse roumaine (1913).
  • 17h15 Stanislav Sretenovic (Institut national d’histoire contemporaine, Belgrade), La mémoire serbe des Guerres balkaniques au service de l’idéologie yougoslave 1918-1991
  • 17h45 Tchavdar Marinov (École Française d’Athènes), Mémoire ou oubli des guerres balkaniques dans la république de Macédoine ?
  • Discussion finale et conclusions du colloque par Robert Frank (Université de Paris I)

Partenariats et organisateurs/Partners and organisers

Le comité scientifique est composé de : Anne Couderc (Université de Paris I), Robert Frank, (Université de Paris I), Frédéric Guelton (SHD), Francesco Guida (Université de Rome 3), Bernard Lory (Inalco), Traian Sandu, (Université de Paris III), Vojislav Pavlović (Académie des sciences, Belgrade), Erwin Schmidl (Académie de défense, Vienne). Partenaires : IRICE, École Française d’Athènes, DMPA (ministère de la Défense français).

Scientific committee : Catherine Horel (CNRS, UMR IRICE), Enis Tulça (Galatasaray University), Frédéric Guelton (SHAT), Anne Couderc (Paris I University), Bernard Lory (Inalco), Vojislav Pavlović (Institut for Balkan Studies, Serbian Academy for Sciences and Arts), Traian Sandu (CIEH, Paris III University), Francesco Guida (Rome III University), Erwin Schmidl (Landesverteidigungsakademie, Vienna), Nathalie Clayer (EHESS). Partners and sponsors : IRICE, École Française d’Athènes, DMPA (Ministry of Defence).

Argumentaire

L’organisation de ce colloque s’inscrit dans le cadre d’une démarche plus vaste prévue au sein de l’UMR IRICE pour les années 2008-2014, alors que les pays des Balkans – notamment le versant occidental – commencent à intégrer l’Union européenne. Le contexte actuel se prête à cette réflexion historique, puisque l’intégration des Balkans dans l’Union européenne est à l’ordre du jour, qu’elle a commencé et qu’elle devrait progresser au fil des colloques que nous avons projetés. La question de fond, aujourd’hui, est celle de l’intégration globale de la région dans l’Union européenne, en particulier celle de la Serbie, celle de la Bosnie-Herzégovine, pays dont le rôle a été si important en 1908-1914. La question de fond concerne l’intégration globale des Balkans et la commémoration à venir du centenaire du début de la Première Guerre mondiale. La démarche n’a évidemment rien de téléologique. Il ne s’agit pas de dire qu’il y a une chaîne de crises balkaniques conduisant inexorablement au cataclysme de 1914. Précisément, l’objectif est de regarder de plus près, d’analyser en profondeur la situation des Balkans de l’époque, ainsi que l’action des grandes puissances européennes dans la région. Il s’agit de « défataliser » l’histoire, en repérant les engrenages s’il y en a, mais aussi en mettant en valeur les facteurs qui échappent à ces mécanismes et auraient pu changer le cours des choses. Notre projet pourrait ainsi s’intituler « De Sarajevo à Sarajevo. De la balkanisation à l’intégration des Balkans occidentaux » en prenant comme premier axe de réflexion l’intégration de la Bosnie-Herzégovine à l’Union. En un mot, qu’ont fait l’Europe et les Européens de l’héritage de Sarajevo ?

Un premier colloque consacré à la crise provoquée par l’annexion de la Bosnie par l’Autriche-Hongrie en 1908 et à sa répercussion dans les relations internationales a posé la question : pourquoi l’annexion de la Bosnie n’a-t-elle pas déclenché un conflit majeur ? Comment a fonctionné le concert européen ? Dans un second temps, la rencontre s’est intéressée aux implications locales de la crise suscitée par l’annexion. La venue d’un large panel d’experts internationaux a été l’occasion de présenter un bilan historiographique très complet de la question et d’évoquer les nouvelles pistes de réflexion (lieux de mémoire, héritage turc, traitement des minorités). D’une manière plus générale et en resserrant sur le contexte français, les organisateurs souhaitaient signaler l’intérêt de travailler sur le XIXe siècle dont l’étude est de plus en plus négligée dans le domaine des relations internationales et particulièrement pour la période comprise entre le congrès de Berlin (1878) et la fin de la Première Guerre mondiale.

La deuxième étape de ce programme a pour thématique les guerres balkaniques et se veut à la fois une interrogation sur leur impact international et dans les sociétés concernées, à cet égard on s’interrogera également sur la mémoire qu’elles y ont laissée et le rôle de celle-ci dans les relations interétatiques (frontières). Nous avons constitué un groupe d’experts internationaux travaillant sur la Grèce, la Bulgarie, l’Autriche, l’Italie, la Turquie, la Roumanie et la Serbie. Nous avons fait inscrire ce projet dans le contrat quadriennal de l’École française d’Athènes et nous avons sollicité la participation de l’Institut français d’études anatoliennes (Istanbul). Quatre grands thèmes de réflexion ont été définis pour le colloque qui aura lieu les 4-5 octobre à l’Universit de Galatasaray à Istanbul. On s’intéressera tout d’abord aux conflits régionaux 1899-1914 : les questions territoriales (le Mont Athos, les zones autonomes) ; l’expérimentation par la guerre et la notion de patrie (première expérience extraterritoriale pour la plupart des soldats) ; les relations entre civils et militaires ; les bandes armées en avant ou en arrière de l’armée, les volontaires ; archaïsme et modernité ; le nettoyage ethnique : la migration comme but de guerre. Un deuxième thème concerne plus particulièrement l’Empire ottoman puis la Turquie et ses guerres depuis 1908 : l’importance de la Méditerranée ; les indépendances (Monténégro, Albanie) ; le devenir des villes ottomanes (Andrinople, société multiculturelle ou « bastion ottoman », Bitola) ; les officiers, la caste militaire ottomane (comparée aux autres pays). Le troisième point correspond à une tendance actuelle de la recherche qui entreprend de faire l’histoire des interventions internationales et des opérations de paix : l’action de la fondation Carnegie ; la spécificité de la diplomatie balkanique ; l’absence des grandes puissances la fin du concert européen. Enfin, une quatrième partie traitera des mémoires des guerres balkaniques : imagologie, censure et caricature ; les propagandes comparées des belligérants et des grandes puissances ; lieux de mémoire ; pour une écriture commune de l’histoire du conflit.

La troisième et dernière phase du programme aura pour objet le déclenchement de la Première Guerre mondiale. L’évocation de l’actualité sous la forme de la problématique de l’intégration à l’Union européenne sera l’occasion de réfléchir sur la longue durée des concepts (naissance du concept de « balkanisation » par exemple) concernant la région apparus précisément entre 1908 et 1914. Un fil conducteur des trois rencontres sera bien entendu la question des minorités, ethniques, linguistiques et confessionnelles et leur appréhension par les puissances (occupantes ou non) et par les pouvoirs locaux selon leur appartenance. On tissera ainsi un lien évident avec la situation actuelle de la région et l’on sera amené à s’interroger sur les phénomènes de permanence dans le temps long des stéréotypes nationaux.


Liste de diffusion

À noter

Assemblée générale UMR SIRICE 2017

Ce site de l’UMR SIRICE n’est plus actualisé depuis septembre 2017. Il est appelé à (...)

Séminaire SIRICE 2016-2017

Depuis le 15 septembre 2015, le nom de l’UMR Irice évolue en UMR SIRICE (Sorbonne-IRICE) (...)