Partenaires

CNRS
Logo Paris 1 Logo Paris 4

Rechercher

sur ce site

sur web cnrs

Nos coordonnées

Ce site de l’UMR SIRICE n’est plus actualisé depuis septembre 2017.
Il est appelé à disparaître, remplacé par le nouveau site qui se trouve désormais à l’adresse suivante : www.sirice.eu

-------

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

UMR SIRICE

Bureau F 628

17 rue de la Sorbonne

75231 Paris cedex 05

mail : sirice@univ-paris1.fr


Accueil du site ::  Publications ::  Les Cahiers Sirice ::  Cahiers n° 4

Cahiers n° 4

Actes de la journée d’études du 6 février 2009 Université Paris-I Panthéon-Sorbonne

Introduction - L’identité européenne des eurosceptiques : l’énigme Philippe Chalamont

« Christophe LE DRÉAU Philippe Chalamont, archétype de l’eurosceptique En 1961, le réalisateur Henri Verneuil porte à l’écran un roman de Georges Simenon, Le Président. Le film, qui porte le même nom que le chef-d’œuvre de Simenon, raconte la fin de carrière d’un président du Conseil, Émile Beaufort, incarné à l’écran par Jean Gabin. Ultime combat, ce dernier est sur le point de présenter devant les députés le grand projet de sa vie : les États-Unis (...) » Lire la suite.

Henri Lambert, cofondateur de la Ligue internationale du Libre-Échange (1918) ou de l’inutilité de l’Europe unie

« Jean-Louis VAN BELLE Il est des penseurs que le destin plonge aussitôt après leur mort dans le purgatoire de l’oubli, soit que l’histoire et ses méandres ont rejeté leurs idées au gré d’une autre mode, au nom d’une autre évidence, soit que pèlerins de la vérité, leurs pensées par trop exigeantes, par trop dérangeantes, par trop originales, portant atteinte à trop de privilèges, à trop d’idées reçues ont suscité en elles le germe de leur ostracisme. Ils se sont (...) » Lire la suite.

Résister pour exister. Aperçu des réticences belges à l’Europe autour des Plans Briand et Schuman

« Geneviève DUCHENNE Le sentiment européen des Belges Pour bien mesurer les « réticences » belges à l’Europe autour des Plans Briand et Schuman, il convient, avant tout, de dresser le portrait du « sentiment européen » généralement éprouvé dans ce pays. La démarche – nécessaire pour jauger le contraste – peut sembler originale. En effet, la situation géographique du royaume combinée au dynamisme européen de plusieurs ténors politiques – Paul-Henri Spaak, Léo (...) » Lire la suite.

Anti-européens et euroconstructifs : les communistes français et l’Europe (1945-1979)

« Émilia ROBIN HIVERT Cette contribution trouve son origine dans un travail de doctorat sur l’idée d’Europe entre l’Est et l’Ouest au début de la Guerre froide. Il s’agissait d’appréhender ce que le bloc oriental comprenait, percevait, lorsque que la France parlait d’« Europe » dans les années 1950. On sait depuis longtemps en quoi consistait la réponse : le monde communiste refusait la construction européenne de type capitaliste ; il considérait (...) » Lire la suite.

Échos du discours anti-européiste de la RDA en France (1959-1973)

« Hélène YÈCHE Si de nombreux discours anti-européens et eurosceptiques ont vu le jour en Europe de l’Ouest depuis l’entre-deux-guerres jusqu’à la fin des années 1990, il ne faut pas oublier que l’autre Allemagne – la RDA – a également tenu une position de résistance à la construction européenne occidentale dont la réalisation menaçait son identité par le poids qu’elle accordait naturellement à la RFA. Aux yeux de l’URSS, comme des autorités (...) » Lire la suite.

Les oppositions socialistes à la CED : les acteurs du débat

« Gilles MORIN Un parallèle entre le vote des parlementaires socialistes qui a contribué au rejet de la Communauté européenne de défense (CED) et le vote des électeurs du PS qui contribuèrent massivement à l’échec du référendum sur le traité européen de 2005 est possible mais s’épuise rapidement. Trois points communs peuvent être relevés. D’une part, le rôle des socialistes a été déterminant dans le double rejet. D’autre part, les militants et la direction ont été (...) » Lire la suite.

La famille gaulliste et les élections européennes de juin 1979

« Jérôme POZZI La famille gaulliste a toujours manifesté une certaine réticence à l’encontre d’une Europe fédéraliste et supranationale, en d’autres termes d’une Europe que le général de Gaulle qualifia, dans sa conférence de presse du 15 mai 1962, de « volapük intégré ». Si la conception gaullienne de l’Europe repose sur une Europe des États, confédérale et non supranationale, cette orthodoxie a connu une légère inflexion sous la présidence de Georges Pompidou, (...) » Lire la suite.

Les difficultés d’implantation d’un parti souverainiste en France (1992-2009)

« Emmanuelle REUNGOAT Après la mobilisation suscitée par le traité de Maastricht en 1992, le courant souverainiste semble se structurer et s’imposer au milieu de la décennie 1990 dans le paysage politique et partisan français : lors de l’élection européenne de 1994 la formation de Philippe de Villiers obtient plus de 12 % des voix et 13 sièges au Parlement européen. Lors de celles de 1999, le Rassemblement pour la France (RPF) rassemblant le mouvement de Charles Pasqua et le (...) » Lire la suite.

L’Alliance pour la souveraineté de la France et l’émergence du militantisme souverainiste (1997-2002)

« Christophe LE DRÉAU Le 10 décembre 1997, une nouvelle association, l’Alliance pour la souveraineté de la France (ASF), est déclarée à la sous-préfecture de Boulogne-Billancourt. Son objectif, ainsi qu’il est précisé dans la déclaration, est de : « […] réunir et coordonner l’action et la réflexion de tous ceux qui veulent le maintien de l’indépendance nationale et le respect de la souveraineté de la France, qui est “une, indivisible, inaliénable et (...) » Lire la suite.

La mémoire de l’anti-européisme, des années 1950 à 2005

« Bernard BRUNETEAU Le 21 mai 2005, dans le cadre de sa campagne contre le projet de Traité constitutionnel, le mensuel Démocratie et socialisme (qui entend « ancrer le PS à gauche ») citait de larges extraits du discours du 18 janvier 1957 de Pierre Mendès France à l’Assemblée nationale sous le titre « PMF et l’Europe libérale » appelant ses lecteurs « à (le) savourer doucement ». Le 2 mai précédent, dans le cadre de la même campagne, le journal L’Humanité publiait (...) » Lire la suite.

Conclusion. Anti-européisme et résistances à l’Europe communautaire, de nouvelles perspectives pour l’histoire de la construction européenne

« Jean-Michel GUIEU L’approche historique de la construction européenne, basée sur des documents d’archives, est encore relativement récente puisqu’elle est née à la fin des années 1970 début des années 1980. Affranchie depuis longtemps d’un discours empreint d’idéalisme et de finalisme, cette discipline a connu, depuis une bonne décennie, un profond renouvellement qui lui a permis de dépasser l’opposition entre une perspective fédéraliste, qui (...) » Lire la suite.

Les auteurs

« Bernard Bruneteau est professeur d’histoire contemporaine à l’université Pierre Mendès France-Grenoble II. On compte parmi ses dernières publications : « L’ordre nazi du grand espace. Réflexions sur un imaginaire totalitaire transnational », dans F. Dessberg et F. Thébault (dir.), Sécurité européenne. Frontières, glacis et zones d’influence, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 175-186 ; Histoire de l’idée européenne au premier et second XXe (...) » Lire la suite.

Liste de diffusion

À noter

Assemblée générale UMR SIRICE 2017

Ce site de l’UMR SIRICE n’est plus actualisé depuis septembre 2017. Il est appelé à (...)

Séminaire SIRICE 2016-2017

Depuis le 15 septembre 2015, le nom de l’UMR Irice évolue en UMR SIRICE (Sorbonne-IRICE) (...)